Chiffres clés

La tour Trinity se pose à La Défense

29.11.2019

Lancé fin 2017, le chantier de la tour de bureaux Trinity, de l’investisseur Unibail-Rodamco-Westfield  (URW) et Cro&Co Architecture, s’achève bientôt à La Défense. Enchâssé entre le  Cnit  et la discrète église Notre-Dame-de-Pentecôte, cet IGH-pont de 140 m de hauteur réussit le tour de force de se poser sur une dalle de béton suspendue au-dessus d’une sept voies. En effet, le bâtiment est «hors-sol», au-dessus d’une bretelle qui rejoint le tunnel de l’A14 et d’une voie locale qui relie le centre de La Défense au boulevard du tramway T2. Plus qu’une simple tour, c’est une véritable extension de la dalle de La Défense et c’est la première fois qu’un opérateur privé construit au-dessus du domaine routier national. Une convention tripartite a été signée avec l’État et l’aménageur Paris La Défense pour déterminer comment concevoir le projet, le construire, et définir les modalités d’exploitation du futur tunnel. Ce partenariat public-privé représente pour  Unibail-Rodamco-Westfield  un investissement de 340 M€.
Le premier défi a été pour l’ingénieur Setec TPI d’imaginer une constructibilité sur des voies de circulation en activité, sans s’implanter sur les volumes construits. Les dossiers d’avant-projet ouvrage d’art du BET ont été audités par les services de l’État concernés, sous l’égide de la Dirif (direction des Routes Île-de-France), qui ont validé tous les détails (armatures, quantité de béton, nature du béton etc.) avant construction.
Les deux quartiers adjacents,  Cnit  et Coupole Regnault sont d’une altimétrie différente avec un delta de 5,30 m de hauteur. Pour créer une plaque structurelle recouvrant les voies, deux dalles ont été poussées l’une vers l’autre, comme dans un mouvement de tectonique des plaques. Dans cette épaisseur, des lames d’acier de 200 m de long – l’équivalent de deux terrains de foot – forment une gaufre structurelle, grande surface constructible de 5 000 m 2 de béton et d’acier sur laquelle imaginer une tour. «La cote entre deux poteaux de fondation est déterminée par ce qui se passe en dessous. La largeur des voies a contraint la trame du bâtiment», nous dit Jean-Luc Crochon, architecte. Mais cela a également déterminé sa hauteur et son poids.
Sur une emprise de 1 500 m 2 vient désormais s’élancer ce petit IGH construit en X et à la forme longiligne de 75 de long sur 20 m de large. Les planchers sont en métal et en béton, contrairement à la pratique classique du tout béton pour alléger la structure. Il fallait aussi considérer les volumes de protection des IGH alentours (tour Areva et Total notamment) et conserver la perspective sur le parvis et idem de l’Église Notre-Dame-de-Pentecôte. Cette forme possible au niveau du plan a été extrudée pour dessiner la volumétrie capable de la tour.
Autre particularité, un noyau déporté en façade, unique à La Défense. Les gaines d’ascenseur sont vitrées, on y verra les ascenseurs rouges et jaunes bouger comme à la tour Eiffel! Le système «Twin», doté de deux cabines indépendantes superposées dans une seule cage qui utilisent les mêmes rails de guidage et portes palières, offre une capacité de transport équivalente en occupant pour 25 % d’espace en moins. Pour le traitement d’air, chaque étage sa propre CTA par étage pour éviter d’épaissir le noyau avec de grosses gaines verticales.
Enfin, au sol, 3 500 m 2 d’espaces publics paysagers assurent les connexions piétonnes entre la dalle et le sol naturel grâce à des escaliers mécaniques et des ascenseurs. La tour finance ces espaces publics qui seront rétrocédés à l’aménageur Paris La Défense d’ici fin 2019, date d’achèvement des travaux.
Chiffres clés :
Durée de construction du socle : 24 mois
Une salle de réception au 25 e étage, à 100 m de haut
6 derniers étages en duplex
1 500 m 2 de terrasses de 80 m 2 en double hauteur, sur les façades est et ouest
50 arbres plantés dans 50 cm de terre
3 500 m 2 d’espaces publics créés

Actualités